En bref : la roadmap Cardano

Le développement de Cardano suit une roadmap définie lors du lancement du projet en 2015, cette roadmap apporte une vision sur la stratégie de déploiement d’IOHK.

La roadmap est composée de 5 ères ou phases.

Les ères :

  • Byron – Les fondations
  • Shelley – La décentralisation
  • Goguen – Les smart contracts
  • Basho – L’extensibilité
  • Voltaire – La gouvernance

Byron – Les fondation ✅

Byron est la première ère de Cardano. Elle se concentre sur la mise en place du coeur de la blockchain : son protocole Ouroboros. Il s’agit du premier protocole proof of stake a avoir fait l’objet de recherches académiques. Cette caractéristique lui assure une sécurité équivalente aux blockchains proof of work comme Bitcoin ou Ethereum pour une consommation énergétique bien moindre .

Byron a mis à disposition des utilisateurs les wallets Daedalus et Yoroi leur permettant de recevoir et d’envoyer des ADAs. La validation des transactions sur le réseau est lors de cette phase assurée par IOHK, l’entreprise en charge de son développement.

Byron est également la phase lors de laquelle l’ADA a été listé sur plus de 30 exchanges permettant un accès simplifié aux acheteurs.

shelley – la décentralisation ✅

Shelley permet de passer d’un réseau administré par IOHK vers un réseau décentralisé dont la validation des transactions est assurée par un groupe d’opérateurs indépendants. Byron a lancé Cardano avec les petites roues utiles lorsqu’on débute sur un vélo. Shelley les retire progressivement pour faire de Cardano une blockchain réellement décentralisée.

Shelley est aussi l’introduction de la délégation pour les utilisateurs ce qui permet de sécuriser le réseau tout en récompensant les délégateurs. Les récompenses sont aussi versées aux opérateurs des noeuds qui valident les transactions. Cardano récompense tous les acteurs contribuant au bon fonctionnement de son réseau, c’est une stratégie incitative visant à assurer la pérennité du réseau.

Goguen – les smart contracts (en cours)

Goguen apporte des outils de programmation à Cardano. Ces outils permettent aux développeurs de créer des applications décentralisées (dApp). Des applications comme Uniswap, CryptoKitties ou Aave tournant sur Ethereum seront transposables à Cardano. Chaque projet va pouvoir définir sa propre « token economy » (nombre de token max, la quantité générée chaque mois, année…).

Goguen c’est aussi la mise à disposition d’outils aux non développeurs pour la création de smart contracts (Marlowe Playground). Il s’agit sommairement d’une interface permettant d’assembler des blocs afin de construire la logique d’un smart contract sans écrire une seule ligne de code. C’est un outil fondamental dans l’adoption de Cardano.

Aperçu de l’interface Marlowe Playground

Basho – l’extensibilité (EN COURS)

L’ère Basho est concentré sur l’amélioration de la performance, de l’extensibilité et de l’interopérabilité de Cardano.

L’extensibilité pour une blockchain est sa capacité à supporter une utilisation à l’échelle de milliards d’individus. C’est un problème récurrent, les blockchains comme Ethereum font régulièrement face à une conjection de leur réseau. Les transactions deviennent alors plus lentes et les frais plus élevés. La stratégie de Cardano pour résoudre ce problème est de créer des blockchains secondaires qui supporteront une partie des transactions afin de décharger la blockchain principale. Le nombre de ces « side-chains » n’est pas limité ce qui permet de s’adapter facilement à l’afflux de nouveaux utilisateurs.

L’interopérabilité consiste à « faire parler » les différents réseaux blockchain entre eux. IOHK ne croit pas qu’une seule blockchain va supplanter toutes les autres, mais que plus certainement plusieurs blockchains vont coexister dans un réseau global. C’est pourquoi la capacité de Cardano à transférer de la donnée en dehors et en dedans du réseau et de s’adapter au modèle d’autres blockchains a été étudiée et priorisée pour l’ère Basho.

voltaire – la gouvernance (en cours)

Voltaire a pour objectif d’intégrer les modules nécessaires afin que Cardano devienne un système indépendant et autogéré. IOHK va à terme se placer en retrait des développements, des décisions majeurs et laisser sa place à la communauté (les utilisateurs, opérateurs de pools, les développeurs…).

Une des problématiques récurrente aux différents projets blockchain est la formation de divergences fortes au sein d’une même communauté et l’incapacité de parvenir à un consensus. En conséquence la communauté peut se diviser (fork) et aboutir à une nouvelle crypto. Les exemples les plus connus sont Bitcoin Cash et Ethereum Classic tous deux dérivés de Bitcoin et Ethereum.

Une communauté qui se divise c’est une déperdition des forces préjudiciable au développement de la blockchain originale. C’est pourquoi Voltaire introduit un système permettant à tous les possesseurs d’ADAs de voter pour des propositions de la communauté et ainsi arriver à un consensus de façon démocratique.

Voltaire ajoute également une trésorerie alimentée par le réseau permettant de financer le développement des projets jugés, par la communauté, comme impactant pour l’expansion et la démocratisation de Cardano (DEX, marketplace NFT, farming…).

Catalyst est la synthèse de l’idée de gouvernance pour IOHK, c’est une application permettant à la communauté de proposer et de voter pour des idées. Les plus plébiscitées sont automatiquement financées par le système. L’application de l’idée peut donc être immédiate sans besoin de recourir à une phase de levée de fonds.

En clôture

La vitesse de développement de Cardano a beaucoup été critiqué, il aura fallu 5 ans à la blockchain pour devenir réellement décentralisée et une année de plus pour voir aboutir la brique permettant le développement de smart contracts. Cardano souffre d’autant plus de la comparaison avec d’autres projets qui promettent la totalité des fonctionnalités (protocole d’échange sécurisé, maturité du réseau, smart contracts) à leur sortie .

Ce qu’il faut comprendre c’est que ces projets, Ethereum inclus, sortent des fontionnalités très rapidement au détriment du développement de fondations solides. C’est du prototypage permettant de tester une idée rapidement. Cependant les limites se font vite ressentir quand la demande augmente. La vitesse de transaction chute drastiquement et les frais de s’envolent.

Cardano est pensé pour durer des décennies et pour se poser comme une alternative viable au système financier actuel. Avec au moins le même niveau de sécurité, d’extensibilité et de rapidité. Ce n’est pas un objectif qu’on peut atteindre en 1/2 ans.

Cela necessite un travail de R&D qui prend du temps et une stratégie de déploiement minutieuse. Les 5 ères illustrent bien le travail de fond (fondation/décentralisation/programmabilité/scalabilité/gouvernance) et la cohérence entre celles-ci.

Les pièces du puzzle commencent à s’assembler, ce n’est qu’une question de temps avant que la valeur de Cardano et la démarche d’IOHK deviennent une évidence.

3 réflexions sur « En bref : la roadmap Cardano »

  1. GG super article qui m’a permis de enfin concevoir ce que propose Cardano!
    Apres, il y a pleins de points qui ne sont pas super clair… je pense que c’est un frein pour les investisseur qui cherche un projet sur et certain (le plus possible) et avec une direction claire et nette de vers ou on se dirige !
    Voila ce qui explique en partie la sous evaluation actuelle du projet, selon moi * hehe

    1. Salut, merci pour ton commentaire! Je pense que fondamentalement Cardano est l’un des projets les plus solides. Ca n’élimine pas 100% du risque bien sûr mais c’est plus rassurant de savoir que son argent est investi sur une équipe de haut niveau avec une vision long terme.
      Je t’invite à jeter un oeil à ce tweets où je liste quelques points forts de Cardano face aux autres BC. La liste n’est pas exhaustive mais ça permet de se rendre compte du potentiel du protocol.

Répondre à cryptoleptique Annuler la réponse